Administration fédérale admin.ch
Département fédéral des affaires étrangères

Navigation

Navigation principale

Navigation secondaire

Informations complémentaires

Recherche rapide

GFMD Présidence suisse

FMMD Présidence suisse [© DFAE]

Cinquième Forum mondial sur la migration et le développement

Conférence annuelle 2007

Vous êtes ici :

Migration

Dans le sillage de la mondialisation, tant le volume que l’importance politique, économique et sociale de la migration se sont accrus. Les États ont pris conscience du fait qu’une politique migratoire novatrice, basée sur le partenariat, permettrait d’accroître le potentiel positif de la migration et d’en réduire les aspects négatifs. 

La Suisse peut attester des aspects positifs de la migration en sa qualité de pays d’accueil et d’origine de migrants. Plus de 2 millions de personnes ont, après la Seconde Guerre mondiale, immigré en Suisse et pris une part déterminante à son développement économique. Auparavant, des milliers de Suisses avaient dû quitter le pays pour des raisons économiques. À l’heure actuelle, près de 10 % de la population suisse vit à l’étranger.

Cependant, la migration place les États et les sociétés devant d’immenses défis : des millions de personnes sont chaque année victimes de trafiquants d’êtres humains et de passeurs. Nombreux sont les pays en développement qui souffrent de la fuite des cerveaux, soit de la perte de savoir que représente le départ massif d’hommes et de femmes bénéficiant d’une solide formation. Certains États industrialisés ont des difficultés à intégrer les étrangers.

Une politique migratoire nationale cohérente devrait veiller à :

  • faire le lien entre les perspectives extérieures et intérieures 
     
  • associer les autorités locales, le secteur privé, les institutions de la société civile ainsi que les associations de migrants à la définition et à la mise en œuvre de la politique migratoire.

Engagement de la Suisse

Dans notre monde globalisé, instruments internationaux, dialogue et coopération sont indispensables.

  • Dans le cadre du dialogue international sur la migration, la Suisse s’engage activement en tant que membre du comité de pilotage du Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD), dont elle a assumé la présidence en 2011. Cette plateforme informelle de dimension internationale favorise les échanges et la collaboration entre les États et les autres acteurs dans le domaine de la migration et du développement. La Suisse a en outre contribué significativement au premier Dialogue de haut niveau sur la migration internationale et le développement dans le cadre de l’Assemblée générale de l’ONU et à la poursuite de celui-ci. Elle a ainsi contribué à la mondialisation de la question des migrations. 
     
  • Avec le nouveau concept des partenariats migratoires, la Suisse a créé un instrument souple et novateur. Celui-ci permet d’aborder les problèmes avec les États concernés et de développer des solutions constructives. Il permet en outre à tous les acteurs impliqués de profiter des aspects positifs de la migration. 
     
  • La lutte contre la traite des êtres humains est un objectif déclaré du Conseil fédéral. Des mesures ont été prises tant en Suisse qu’au niveau international. Pour protéger les victimes, la Suisse se met notamment en contact avec les gouvernements et les acteurs dans les pays d’origine. 
     
  • La Suisse a adopté en 2007 une stratégie visant à renforcer la protection des réfugiés dans leur région d’origine (« Protection dans la région »). À travers ce programme, la Suisse contribue à ce que les réfugiés trouvent rapidement une protection efficace dans leur région d’origine et soutient les premiers pays d’accueil dans leurs efforts pour accorder aux réfugiés la protection nécessaire.

Politique extérieure de la Suisse en matière de migration 

Le 16 février 2011, le Conseil fédéral a pris acte du rapport sur la coopération en matière de migration internationale. Ce document confirme que l'orientation actuelle de la politique extérieure de la Suisse en matière migratoire a fait ses preuves et qu'il convient dès lors de poursuivre dans cette voie. Le rapport prévoit en outre un recours accru aux instruments existants dans ce domaine pour renforcer l'efficacité de son action (notamment le recours aux partenariats migratoires, à la « protection dans la région », à l'aide au retour et à l'aide structurelle). Ces instruments se fondent sur trois principes :

  1. La Suisse privilégie une approche globale de la migration, qui tient compte tant des chances économiques, sociales et culturelles que recèlent les questions migratoires que des défis à relever.
     
  2. La Suisse encourage un partenariat étroit entre les pays de provenance, de transit et de destination des migrants et plaide en faveur d’une prise en compte équitable des intérêts de tous les acteurs.
     
  3. La Suisse garantit une étroite collaboration entre tous les offices impliqués (en particulier ODM, DSH, DDC). 

Le recours accru aux instruments existants contribue à renforcer la cohérence et l'efficacité de la politique extérieure de la Suisse en matière de migration.